ronger


ronger

ronger [ rɔ̃ʒe ] v. tr. <conjug. : 3>
rungier fin XIIe; crois. entre lat. rumigare « ruminer » (fr. rungier 1200) et lat. pop. rodicare (class. rodere) « ronger » (fr. rongier XIIIe), puis crois. des formes fr.
1User peu à peu en coupant avec les dents, les incisives, par petits morceaux. Souris, rats qui rongent du pain, des livres. grignoter, région. gruger. Chien qui ronge un os. Donner un os à ronger à qqn. Se ronger les ongles ( onychophagie) .
Par ext. (vers, insectes) Attaquer, détruire. Vers qui rongent le bois. mouliner. Meuble rongé par les vers : piqué, vermoulu. — Par exagér. Un mendiant rongé de vermine.
Mordiller (un corps dur) avec ses dents. Cheval qui ronge son mors. Fig. Ronger son frein.
2(XVe; h. XIIIe) Choses Détruire peu à peu (qqch.). Substance caustique qui ronge les chairs. brûler. Les acides rongent les métaux. attaquer, corroder. « c'est la vieille croix de bois qui se dresse à l'angle des routes, rongée de vétusté » (Péguy).
Fig. Être rongé par la maladie. « guérir le mal profond, invétéré, universel, qui ronge cette société » (Michelet). miner. Être rongé de remords. « Vous ne voyez donc pas que je ne puis plus supporter cette vie, cette pensée qui me ronge ? » (Maupassant). dévorer, tourmenter. Fam. Se ronger les sangs.
Pronom. Se ronger d'inquiétude. se tourmenter.

ronger verbe transitif (latin rumigare, ruminer) Mordiller quelque chose, l'entamer avec les dents : Le chien ronge son os. Entamer une substance dure à petits coups de dents répétés, en la détachant par petits fragments pour la manger : Un lapin qui ronge une carotte. En parlant des vers, des insectes, attaquer certaines substances : Des chenilles qui rongent les feuilles. Attaquer quelque chose, l'user par une action lente et progressive : Maladie qui ronge les pierres des édifices. Miner, tourmenter quelqu'un, compromettre l'équilibre, la cohésion d'une collectivité : La maladie le ronge.ronger (difficultés) verbe transitif (latin rumigare, ruminer) Conjugaison Le g devient -ge- devant a et o : je ronge, nous rongeons ; il rongea. Construction Rongé par / rongé à. → àronger (synonymes) verbe transitif (latin rumigare, ruminer) Entamer une substance dure à petits coups de dents répétés...
Synonymes :
Attaquer quelque chose, l'user par une action lente et progressive
Synonymes :
- altérer
- brûler
- éroder
Miner, tourmenter quelqu'un, compromettre l'équilibre, la cohésion d'une collectivité
Synonymes :
- dévorer

ronger
v. tr.
d1./d Entamer, user peu à peu à petits coups de dents. Chien qui ronge un os.
v. Pron. Se ronger les ongles.
|| Par anal. Entamer, attaquer, percer, en parlant des vers, des insectes. Larves qui rongent le bois.
d2./d Détruire par une action lente, progressive; corroder, miner. La rouille ronge le fer.
|| Fig. Le chagrin le ronge.

⇒, verbe
I. — Empl. trans.
A. — Entamer, user avec les dents.
1. [Le suj. désigne un animal de l'ordre des rongeurs] Grignoter avec les incisives, en vue de se nourrir. Écureuil qui ronge une pomme de pin; lapin qui ronge une carotte. Le navire est à flot, les vents sont bons, le pilote est au gouvernail; est-ce le tems de penser aux souris qui rongent la cargaison? (JOUY, Hermite, t. 5, 1814, p. 198). Un cobaye, dans une cage, rongeait un brin de paille (DUHAMEL, Combat ombres, 1939, p. 210).
P. anal. [Le suj. désigne certains insectes, des animaux munis de pièces buccales broyeuses] Attaquer, détruire une matière en l'absorbant. Vers qui rongent le bois; chenilles qui rongent les feuilles; mites qui rongent un lainage. Dans les ruches (...) les prétendantes protégées (...) se développent, (...) et se mettent à ronger les couvercles de leurs cellules (MAETERL., Vie abeilles, 1901, p. 183). On crut d'abord que l'insecte rongeait, dévorait les racines (...). L'insecte opérait autrement. (...) il piquait la racine, provoquant des nodosités profondes sur le tégument (...) qui (...) interceptaient l'afflux de la sève (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p. 74).
P. exagér. Rongé de vermine. Je suis sale. Les poux me rongent (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p. 264).
2. P. anal. [Le suj. désigne un animal ou un être humain]
a) Prélever avec les dents des bribes d'aliments adhérant à un élément non comestible. Ronger un noyau de pêche. Les enfants (...) se jetèrent dans une espèce de fruitier où le commandant (...) les vit bientôt occupés à ronger des pruneaux secs (BALZAC, Méd. camp., 1833, p. 10). Il s'arrêtait dans la rue à regarder un chien ronger un os (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 494).
Au fig.
Donner un os à ronger à qqn (v. os A 1).
Vx. Ronger sa litière. En être réduit à manger une mauvaise nourriture, comme les animaux affamés qui mangent la paille de leur litière. (Dict. XIXe et XXe s.).
b) Entamer avec les dents une chose généralement non comestible, d'une certaine dureté. Souris qui rongent le plancher. Paganel (...) était prisonnier (...). Heureusement, pendant une nuit, il parvint à ronger ses cordes et à s'échapper (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 3, 1868, p. 158). Le mulet avait été oublié dans un coin de l'abri depuis deux jours; il y rongeait pour se nourrir le bois des poutres (RAMUZ, Gde peur mont., 1926, p. 183).
c) Mordiller, serrer un corps dur entre ses dents et, au fig. (dans certaines expr.), refouler en soi son impatience, sa colère, son dépit. Dix heures bientôt... Je suis dans un état... Nous nous demandions ce qui t'était arrivé: un accident, une mauvaise rencontre. Je me rongeais les mains (ARLAND, Ordre, 1929, p. 245):
« Enfin, — reprit Benoît avec impatience, — vous m'avez hêlé, que voulez-vous de moi? (...) — N'y a que le commandant qui puisse te répondre; en attendant, sois calme et ronge ton câble, ça t'empêchera de grincer des gencives...
SUE, Atar-Gull, 1831, p. 9.
En partic. [Le suj. désigne un cheval et, au fig., une pers.] Ronger son frein, son mors (v. frein A 1 a).
♦ [Le suj. désigne une pers.] Ronger ses ongles, se ronger les ongles. V. ongle A 1. Ronger ses poings, se ronger les poings (de colère, de dépit). Le jeune homme se rongeait les poings de ne pouvoir suivre sa maîtresse à Paris (ZOLA, M. Férat, 1868, p. 122). Je reçois un nouvel appel, par coureur, de l'Herbebois, cette fois-ci... Ça me fend le cœur, mon général. Je me ronge les poings (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 40).
d) Région. (Canada), loc. verb. fig. pop. Ronger les balustres. Montrer une piété excessive. Philias n'avait jamais été un homme d'église et la messe du dimanche lui suffisait. Il n'avait rien contre ceux qui l'étaient, mais pour sa part, il disait qu'il aimait mieux ne pas ronger les balustres (A. THÉRIO, Ceux du Chemin-Taché, 1963, p. 134 ds Richesses Québec 1982, p. 2034).
B. — [Le suj. désigne une chose] Altérer peu à peu.
1. Désagréger quelque chose, en altérer la substance. Synon. attaquer. Acide qui ronge les métaux; rouille qui ronge le fer; mer qui ronge les falaises; vent, sable qui ronge les roches; bûche rongée par le feu. Le grillage de la resserre était tout poussiéreux (...) l'urine des lapins rongeait les panneaux du bas (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 792). La façade, si vieille, si grise, et que rongent de grandes plaques d'humidité (BOSCO, Mas Théot., 1945, p. 106).
TECHNOL. [Dans l'impression des tissus] Détruire à certains endroits, à l'aide de substances chimiques, la matière colorante ou le mordant. On plisse méthodiquement le tissu de façon à en faire un paquet où les parties qui ne doivent pas être rongées sont serrées à tel point que le rongeant n'y a pas accès quand le paquet est plongé dans le bain de rongeage (A. LAMBRETTE, Les Apprêts text., Paris, Les Ed. text. et techn., s.d., p. 73).
2. P. anal. [Le compl. d'obj. dir. désigne un organisme vivant] Détruire petit à petit. Gangrène qui ronge un membre; tumeur qui ronge les tissus; ulcère qui ronge l'estomac; être rongé par la fièvre, la maladie. Ce n'est rien d'abord [la lèpre] (...) de toutes petites taches rouges dans la paume de la main (...) et puis des plaques, et en dessous je ne sais quoi qui ronge les articulations des bras, des genoux, des doigts (MILLE, Barnavaux, 1908, p. 34). Les vignes s'étaient mises lentement à mourir: le phylloxéra rongeait le pied (PESQUIDOUX, Livre raison, 1932, p. 95).
3. Recouvrir ou diminuer la surface de quelque chose. Synon. éroder, user. Tuiles rongées de lichen; cerne qui ronge les joues. La mer Caspienne en bas rongeait la grève (HUGO, Fin Satan, 1885, p. 799). Les vibrations même de la lumière, ces vapeurs acharnées à ronger les contours, Seurat, (...) leur confère une espèce d'éternité (LHOTE, Peint. d'abord, 1942, p. 153).
C. — Au fig. [Le suj. désigne une pers. ou une chose]
1. Faire disparaître, anéantir par une lente dégradation. Despotisme qui ronge une nation; corvées qui rongent le temps. Oh! Tâtonner ainsi, dans la nuit de l'imagination, le corps de quelque chose à créer, l'âme d'un livre, et ne rien trouver. Ronger ces heures à tourner autour (GONCOURT, Journal, 1862, p. 1101). Mais cette connaissance plus récemment acquise ronge mes vieilles évidences sans les dissiper entièrement (SARTRE, Mots, 1964, p. 201).
2. Miner par une action progressive et sournoise. Passion qui ronge le cœur, la vie; regrets qui rongent qqn; être rongé d'envie, d'impatience, de jalousie. Je suis de ceux (...) qui rêvent (...), hargneux et pestiférés, sans savoir ce qu'ils veulent (...). Magnier me ronge, l'histoire me tanne (FLAUB., Corresp., 1839, p. 41). Le gendre a corrompu le beau-père, c'est bien connu en ville: on les a rencontrés ensemble, avec des filles... Quelle honte! C'était un des chagrins qui rongeaient maman (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 255).
Empl. pronom. réfl. Se ronger l'esprit. Repoussée, désespérée, la pauvre fille dépérissait (...) au fond personne ne voyait son secret, elle se rongeait intérieurement (RENAN, Souv. enf., 1883, p. 37). Le goût des belles choses se perdait... C'était un courant pas remontable... Lutter même devenait imbécile, c'était se ronger pour des prunes (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 333).
♦ [Avec un compl. prép. introd. par de et précisant la cause] Se tourmenter. Se ronger d'ennui, d'impatience, d'inquiétude. Je lui chuchote: « Bonjour, chère petite demoiselle mignonne, qu'est-ce qu'il y a donc, mon Dieu? Je me ronge de ne pas pouvoir vous parler » (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 54). Christophe se rongea d'attente pendant le reste de la semaine (ROLLAND, J.-Chr., Matin, 1904, p. 156).
Expr. Se ronger la rate, les moelles, les sangs. Se faire beaucoup de soucis. Synon. se ronger le(s) foie(s) (v. foie A). Quand il va voir qu'il y aura ce soir quinze gaillards de bon appétit chez lui, il va se ronger la rate de colère. Il est avare comme Harpagon (SOULIÉ, Mém. diable, t. 2, 1837, p. 49). Ne reste pas comme ça dans ton coin, à te ronger les sangs. Fais un effort, viens avec moi (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 295).
II. - Empl. intrans., VÉN. Ruminer. Le cerf ronge (BAUDR. Chasses 1834).
REM. Ronge, subst. masc., vén. Faire le ronge, son ronge. Ruminer. Le cerf fait le ronge (Ac.).
Prononc. et Orth.:[], (il) ronge []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Déchiqueter avec les dents. Mordiller. A. 1. a) 1176-81 rungier les os [en parlant de lions] (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier à la charrette, éd. M. Roques, 3065); mil. XIIIe s. rongier l'os [en parlant d'un chien] (HUON LE ROI, ABC, 246 ds T.-L.); 1314 part. passé adj. (Chirurgie de H. de Mondeville, éd. A. Bos, § 1928: le treuve aspre [l'os] aussi comme se il fust rungié); b) XIIIe s. rongier « manger (en parlant d'une personne) » (Outils de l'hôtel, éd. G. Raynaud, 27); c) empl. par image ) 1197 en parlant de Rome, de sa curie avide (HÉLINANT, Vers de la mort, XIII, 6 ds T.-L.: la grant Romme ... les os ronge et le cuir poile); ) 1609 être contraint de ronger sa litière « (dans un repas) être dans la condition d'un animal affamé, condamné à ronger sa litière » (M. RÉGNIER, Satires, éd. G. Raibaud, XI, 276); 2. a) déb. XIIIe s. rungier « (en parlant d'animaux) attaquer une substance » (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 1459, var. B, p. 203: par tel serement quida Deu enginnier; Mais dedenz cel an porent sa char li ver rungier); ca 1230 rungier [les racines d'un arbre, pour les détruire] (GUILLAUME LE CLERC, Trois mots, éd. R. Reinsch, 242); ca 1330 [d'un ver] ronger les flures des arbrez (NICOLE BOZON, Contes moralisés, 96 ds T.-L.); b) 1680 p. anal. en parlant d'une substance corrosive (RICH.: la salure de la mer ronge les pierres); 3. ca 1223 « entamer avec les dents un élément dur et non comestible » ici, empl. par image (GAUTIER DE COINCI, Miracles, éd. V. Fr. Koenig, 1 Mir 11, 216, t. 2, p. 13: [allus. aux mécréants, aux hérétiques] Mais n'entendent l'Escriture ... De la nois vont runjant l'escorce Mais ne sevent qu'il a dedens); 4. ca 1280 « mordiller, serrer entre ses dents » ici, fig. ronger son frein (GERARD D'AMIENS, Escanor, 20666 ds T.-L., s.v. frein). B. Entamer, ruiner, détruire peu à peu 1. a) ca 1220 en parlant d'un inanimé abstr. (GUI DE CAMBRAI, Barlaam et Josaphat, 667 ds T.-L.: Li tans, qui runge ceste vie); ca 1223 (GAUTIER DE COINCI, op. cit., 1 Mir 10, 1942, t. 1, p. 167: le cuer li runge envie); 1765-70 part. prés. adj. soucis rongeans (J.-J. ROUSSEAU, Confessions, II ds Œuvres, éd. B. Gagnebin et M. Raymond, t. 1, p. 59); b) 1571 en parlant d'une maladie toux ronge-poulmon (LA PORTE, Epithetes, 265b d'apr. H. VAGANAY ds Z. rom. Philol. t. 29, p. 188); 1770 part. prés. adj. ulcères rongeans (NICOLAS, Man. jeune chirurgien, 315, Hérissant ds QUEM. DDL t. 21); 2. ca 1470 fig. en parlant d'une personne « affaiblir (quelqu'un) » rongier (GEORGES CHASTELLAIN, Chron., éd. Kervyn de Lettenhove, t. 5, p. 12); 3. id. rongier son cœur « éprouver du chagrin » (ID., op. cit., t. 4, p. 344); av. 1560 part. passé adj. (DU BELLAY, Sonnet ds Œuvres poétiques, éd. H. Chamard, t. 2, 2, p. 257: Triste et rongé du soing qui plus me nuict); 1588 réfl. se ronger de soing et de vigilance; se ronger interieurement (MONTAIGNE, Essais, éd. P. Villey et V. L. Saulnier, II, VIII, p. 393 et II, XXXI, p. 718). II. Ruminer 1. a) Ca 1200 intrans. rungier (Job, 348, 2 ds T.-L.: chamoz ki ... ne rungent mïe); 1re moit. XIIIe s. id. judéo-fr. ronyer (Vocab. hébraïco-fr., éd. A. Neubauer ds Rom. Studien t. 1, 1871-75, p. 169, 168: ronye: ruminat); XIIIe s. agn. rounger [en parlant du mouton] (Traité d'économie rurale, XXII, éd. L. Lacour ds Bibl. Éc. Chartes, t. 17, 1856, p. 372); 1794 en parlant d'un cerf (Encyclop. méthod. Dict. chasses, p. 401), demeuré en usage dans cet empl.; b) ca 1256 trans. rungier (Régime du corps de Aldebrandin de Sienne, 183, 3 ds T.-L.); ca 1330 id. rongier (NICOLE BOZON, Contes moralisés, 15, ibid.); 2. ca 1200 fig. rungier son maltalent « ruminer sa colère » (Naissance du chevalier au cygne, éd. H. A. Todd, 2174). L'a. fr. rungier « ruminer » est issu du lat. « ruminer » (IIe s., Apulée). Le croisement avec le verbe lat. vulg. « ronger » a donné naissance au verbe rongier « ronger » et a entraîné l'apparition de formes rongier à côté de l'a. fr. rungier « ruminer »; de leur côté, sous l'infl. de rungier « ruminer », sont apparues auprès de rongier « ronger », des formes rungier; de telle manière que I et II sont chacun relevés sous les formes rungier et ronger. De « ronger » (dér. de rodere « ronger [en parlant d'animaux]; miner, user [en parlant d'éléments destructeurs]; [fig.] déchirer (quelqu'un), médire; marmonner entre ses dents ») est issu l'a. fr. rugier « ronger » (1re moit. du XIVe s. St Sébastien ds GDF. Compl.; v. aussi FEW t. 10, p. 445a, note 1). L'infl. réciproque de et de s'explique par leur proximité de sens. Fréq. abs. littér.:1 672. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 2 067, b) 2 968; XXe s.: a) 2 720, b) 2 118.
DÉR. Rongeage, subst. masc., technol. Technique d'impression sur tissus qui consiste à détruire à l'aide de rongeants, soit la teinture fixée sur la fibre, soit le mordant préalablement déposé sur celle-ci (v. rongeant III). Aux processus chimiques de teinture s'en ajoute un autre, spécifique de l'impression, dénommé rongeage: à partir d'un tissu préalablement teint, on détruit par un rongeant chimique la couleur initiale selon un motif gravé, avec en variante la possibilité de la remplacer simultanément par une autre incorporée au rongeant (Encyclop. Sc. Techn. t. 10 1973). Bain de rongeage. V. ronger I B 1 technol. ex. de A. Lambrette. []. 1re attest. 1949 terme de teinturier (Nouv. Lar. univ. t. 2, p. 685c); de ronger (en parlant d'un produit corrosif), suff. -age.

ronger [ʀɔ̃ʒe] v. tr. [CONJUG. bouger.]
ÉTYM. XIIe, rungier « ronger » et « ruminer »; ce dernier sens est conservé dans certains dialectes et en vénerie; du lat. rumigare « ruminer », croisé avec un verbe dial. rogier, rougier, du lat. pop. rodicare, dér. du lat. class. rodere « ronger ».
———
I (V. 1100). Vén. Ruminer, en parlant du cerf. Ronge.
———
II
1 (V. 1175, rungier). User peu à peu en coupant avec les dents, les incisives, par petits morceaux. || Les souris, les rats rongent du pain, des livres. Grignoter (→ Dent, cit. 24).Chien qui ronge un os (cit. 10).Loc. fig. Donner un os (supra cit. 11) à ronger à qqn.Se ronger les ongles (cit. 7). Onychophagie.Par ext. (Insectes, vers). Attaquer, détruire. || Vers qui rongent le bois. Mouliner, piquer.
Au p. p. || Meuble rongé par les vers (→ aussi Dépérir, cit. 7).
1 Lorsque quelques souris qui rongeaient de la natte
Troublèrent le plaisir des nouveaux mariés.
La Fontaine, Fables, II, 18.
2 (…) elle ignorait la puissance de la petitesse, cette force du ver qui ronge un ormeau en faisant le tour sous l'écorce.
Balzac, les Employés, Pl., t. VI, p. 919.
Par exagér. || Un homme rongé de vermine (→ Hâve, cit. 3).
3 C'est peut-être un monstrueux orgueil, mais le diable m'emporte si je ne me sens pas aussi sympathique pour les poux qui rongent un gueux que pour le gueux.
Flaubert, Correspondance, 393, 26-27 mai 1853.
Mordiller, serrer (un corps dur) avec ses dents. || Cheval qui ronge son frein (cit. 2), son mors.
Loc. fig. Ronger son frein (cit. 3, 4 et 5).
Se ronger les poings (cit. 10).Se ronger les ongles (de dépit, d'impatience); → Brûler, cit. 11.
Se ronger les sangs : se faire beaucoup de souci. Syn. : se manger les sangs.
2 (XVe; attestation isolée, XIIIe). Choses. Détruire peu à peu (qqch.). || Substance caustique qui ronge les chairs. Brûler. || La gangrène a rongé son bras. Pourrir (supra cit. 7). || Ulcère, chancre, qui ronge les tissus ( Phagédénique).L'humidité ronge le fer, les acides rongent les métaux. Altérer, attaquer, corroder, détruire, entamer, mordre (fig.). || Le feu a rongé cette partie, a commencé à la brûler, à la consumer.Tuiles rongées par le lichen (→ Imbiber, cit. 5).L'action du vent, de l'eau ronge les roches. Dissoudre; érosion. || Rivière qui ronge ses rives. Affouiller, dégrader, éroder, miner. || La mer rongeait les côtes de ce pays et lui dévorait (cit. 22) chaque année quelques pouces de territoire.
4 (…) c'est la vieille croix de bois qui se dresse à l'angle des routes, rongée de mousse, rongée de vétusté.
Ch. Péguy, Note conjointe, « Sur Descartes », p. 316.
Par métaphore. || La maladie le ronge. Miner.(Abstrait). || Les factions, les intrigues ont rongé la puissance de l'État. Détruire.Toutes ces menues corvées rongeaient son temps. Dévorer.
5 Il n'a ni la volonté forte; ni le pouvoir peut-être, de guérir le mal profond, invétéré, universel, qui ronge cette société, qui l'altère et qui l'affame, qui a bu ses veines et séché ses os.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., Introd., II., §II.
6 À côté de lui, d'autres malades déclinaient aussi, petits soldats de vingt ans, rongés de dysenterie, aux figures terreuses et aux corps de squelettes (…)
Loti, Matelot, XLVI.
6.1 (Le vieux duc de Guermantes) n'était plus qu'une ruine, mais superbe (…) Fouettée de toutes parts par les vagues de souffrance (…) sa figure (…) était rongée comme une de ces belles têtes antiques trop abîmées mais dont nous sommes trop heureux d'orner un cabinet de travail.
Proust, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 1017.
3 (Choses; abstrait). || Le chagrin, le regret (cit. 6), le remords qui ronge le cœur. Corroder, consumer, dévorer, tourmenter. || L'envie, l'ambition le ronge. || L'impatience le ronge.Pron. (1610). || Se ronger d'inquiétude (cit. 15). Tourmenter (se); → Se manger les sangs. — Absolt. || Il, elle se ronge.
7 — Vous ne voyez donc pas que je ne puis plus supporter cette vie, cette pensée qui me ronge, et cette question que je me pose sans cesse, cette question qui me torture chaque fois que je les regarde. J'en deviens fou.
Maupassant, l'Inutile Beauté, IV.
——————
rongé, ée p. p. adj.
ÉTYM. (1314, os rongé).
(Concret). || Rongé de…, par… (voir à l'article).Ongles rongés. Rogné. || Bois, meuble rongé. Artisonné, vermoulu.
(Mil. XVIe; abstrait). || Un organisme rongé par la maladie, la fatigue.Être rongé d'ennui, de tristesse. || Vos cœurs « rongés d'envie, d'avarice et d'ambition » (→ Enfer, cit. 18).
DÉR. Ronge, rongeage, rongeant, rongement, rongeur. REM. Queneau (le Chiendent, p. 16) emploie le dér. diminutif rongeoter [ʀɔ̃ʒɔte].

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ronger — Ronger, a Rodere mutato d in g, Rodere, Arrodere, Corrodere, Derodere, Erodere, Praerodere. Ronger tout à l entour, Circumrodere, Obrodere, Ambedere, Obedere. Ronger tout à fait, Praerodere, Perrodere. Ronger une colere en son esprit, Iras in… …   Thresor de la langue françoyse

  • ronger — RONGER. v. a. Couper avec les dents à plusieurs & frequentes reprises. Un chien qui ronge un os. les rats, les souris rongent la paille dans les greniers, rongent les tapisseries. les souris ont rongé ce fromage tout autour. les vers rongent le… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ronger — (ron jé. Le g prend un e devant a et o : rongeant, rongeons) v. a. 1°   Couper avec les dents ou avec le bec à plusieurs reprises. Un chien qui ronge un os. Les vers rongent le bois. •   Un furieux oiseau de proie Sans cesse lui ronge le foie,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • RONGER — v. tr. Entamer, déchiqueter avec les dents à fréquentes reprises. Un chien qui ronge un os. Les rats rongent la paille dans les greniers. Les souris ont rongé ce morceau de pain. Les vers rongent le bois. Ronger ses ongles. Ce cheval ronge son… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • RONGER — v. a. Couper avec les dents à plusieurs et à fréquentes reprises. Un chien qui ronge un os. Les rats, les souris rongent la paille dans les greniers, rongent les tapisseries. Les souris ont rongé ce pain tout alentour. Les vers rongent le bois,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ronger — vt. , grignoter ; attaquer (ep. d un acide sur du métal...) : reuzhî (Albanais.001b, Vaulx.082), reudyî (001), reûzhî (Annecy, Samoëns.010, Saxel.002), rondzé (Montagny Bozel.026b), ronzhî (001a, Thônes), ronzyé (Albertville.021), roudjé (026a),… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ronger (se) —   vb. pron.   Vb pronominalisé, avec élision de les freins ; allusion à la période d exil de Klaskovaard, où Céline travaille à la deuxième version de Féerie pour une autre fois 1.    Le roi Oluf, là d où je me ronge, il pourrait pas me sortir d… …   Dictionnaire Céline

  • Ronger son frein — ● Ronger son frein faire effort pour contenir son impatience, son irritation …   Encyclopédie Universelle

  • Ronger les ongles — Onychophagie L onychophagie est l acte de se ronger les ongles (en général des mains, parfois des pieds). Description Dans son expression minimale, l onychophagie correspond à l utilité de régulariser l extrémité des ongles. Cependant cette… …   Wikipédia en Français

  • Ronger, Florimond — vero nome di Hervé …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.